De l’encre à l’écran : Love, Simon

Je suis très heureuse de te retrouver aujourd’hui dans une nouvelle catégorie d’articles et de vidéos : de l’encre à l’écran. L’objectif est de comparer des adaptations (ciné, télé) aux livres dont elles sont inspirées.
Dans cette première vidéo, je vais te parler du film Love, Simon sorti au cinéma il y a 2 semaines. Ce film est une adaptation du roman Moi, Simon, 16 ans, Homo sapiens de Becky Albertalli.

La vidéo ci-dessous ne contient normalement pas de spoilers mais il y en aura dans cet article. Je t’invite donc à continuer la lecture de ce dernier si tu as déjà lu le livre et / ou vu le film ! 😇

Ms. Albright

Ms. Albright est une professeure du lycée de Simon et bien que ce personnage m’ait semblé sympathique  dans le livre, il est plutôt effacé. A contrario, la Ms. Albright du film est un personnage que j’ai adoré : elle est amusante, sarcastique et l’actrice est très convaincante.
Le film donne bien plus d’importance à ce personnage que le livre et cela m’a plu. Les scènes avec Ms. Albright sont géniales !
+1 pour le film.

Martin

Ah Martin… ! Ce personnage peut être considéré comme l’antagoniste et il m’a autant énervée dans le film que dans le livre. Je trouve cependant que Simon a été bien trop gentil avec lui dans le livre : on parle tout de même de chantage… Dans le film, Simon entre dans le jeu de Martin mais il n’est pas aussi conciliant que dans le livre.

• J’ai toutefois préféré l’évolution de ce personnage dans le livre. En effet, Martin a eu un comportement choquant (c’est un euphémisme, ce garçon a tout de même révélé l’homosexualité de Simon sur le tumblr du lycée en incluant dans sa publication des propos insultants et homophobes) et malgré ses sincères excuses vers la fin de l’histoire, Simon décide de l’ignorer et d’aller de l’avant. Je trouve que c’est une très bonne conclusion pour le chapitre Martin !
• Dans le film, Martin m’a paru encore plus pathétique, à un point tel que son comportement envers le protagoniste passe très vite au second plan. Hormis la scène où Simon confronte Martin en lui disant que ce dernier lui a ôté le choix de faire son coming out (quand il le souhaite, à qui il le souhaite), on a l’impression que l’antagoniste s’en tire seulement avec une tape sur la main.
+1 pour le livre.

Blue

Je trouve que le film met beaucoup plus l’accent sur l’identité secrète de Blue que le livre. Ce dernier se concentre en effet plus sur la relation entre Blue et Simon mais ce changement ne m’a pas vraiment dérangée.
• J’ai par contre trouvé dommage que Blue disparaisse du jour au lendemain dans le film suite au coming out de Simon. Le protagoniste se retrouve donc très seul et cela m’a fait mal au coeur. Je comprends la réaction de Blue mais celui-ci ne disparait pas aussi brutalement dans le livre. La relation entre ces deux adolescents m’a plus touchée dans le livre.
• Toutefois, je dois admettre que j’ai adoré la scène au cours de laquelle l’identité de Blue est révélée. En un sens, c’est bien plus romantique (et surtout moins discret) que dans le livre et je trouve donc que cette scène est parfaitement adaptée dans un film romantique.
+1 pour le livre et +1 pour le film.

Les ami.e.s de Simon

Bon, j’ai d’ores-et-déjà parlé en vidéo de ma déception concernant les ami.e.s de Simon dans le film mais je vais cette fois-ci me concentrer sur deux personnages : Leah et Abby.
Leah
Paradoxalement, j’ai trouvé Leah plus attachante dans le film même si j’insiste, je persiste et je signe : un peu plus d’empathie et de loyauté ne feraient pas de mal aux ami.e.s de Simon.
• Un point que je n’ai cependant pas mentionné en vidéo mais qui m’a profondément agacée est le crush de Leah sur Simon. Oui, tu m’as bien lue : Leah n’a plus des vues sur Nick mais sur Simon.
A mes yeux, cette modification n’est pas anodine. Dans le livre, Leah et Simon se connaissent depuis longtemps et leur relation est strictement platonique !
• En rendant Leah « amoureuse » de Simon, on renforce l’idée selon laquelle dans une relation entre un garçon et une fille, au moins l’un des deux risque de tomber amoureux. Je ne crois bien évidemment pas en cette théorie selon laquelle hommes et femmes ne peuvent pas se lier d’amitié sans arrières pensées : je suis personnellement lassée de devoir constamment me justifier lorsque des personnes sceptiques doutent de ma relation avec mon meilleur ami. Modifier cette partie de l’histoire était loin d’être nécessaire.

Abby
Concernant Abby, je serai très brève étant donné que ce dont je m’apprête à parler est lié au point que j’ai abordé en vidéo.
• En une phrase, j’aurais préféré que l’Abby du film réagisse au « mensonge » de Simon comme elle a réagi dans le livre. C’est normal qu’Abby se sente dupée mais elle est bien plus compréhensive dans le livre car elle comprend que Simon a été pris au piège par Martin. Son comportement était justifié par la peur que son homosexualité soit révélée et non par de mauvaises intentions.
• Dans le film, Abby fait la sourde oreille aux justifications de Simon. En outre, Leah et Nick ont également l’air de se moquer éperdument du chantage de Martin. Sympas les meilleur.e.s ami.e.s !
+1 pour le livre.

Le mot de la fin

Lorsqu’on lit cet article et qu’on fait le total des points, on a véritablement le sentiment que j’ai préféré Moi, Simon, 16 ans, Homo sapiens à Love, Simon.
En réalité, je pense sincèrement que la version originale et son adaptation cinématographique se complètent. Comme je l’ai dit en vidéo, Love, Simon apporte bien plus d’éléments humoristiques que le livre et ce n’est pas un détail négligeable.
Malgré quelques déceptions, cette adaptation ciné vaut à mes yeux le détour.